24.2.06

Le Faux Printemps, Hemingway à Paris

Com um ar posto executivo, saio sem deixar rastos de um espaço imenso de eco e vazio, para me atirar de novo às ruas de Paris, passando pela rua dos Portugueses, que como nós, é estreita, fechada, e está em obras (estamos quand-même no XVIème), e a caminho de outra estação, em frente a um Hotel de estrelas, que descem para as limousines, e nós para o subterrâneo. Por muita rapidez, semelhante a sucessivos cortes numa sequência cinematográfica, encontro-me muito rapidamente e com antecedência no cruzamento combinado, ainda cá em baixo. J'attends, et je prends mon bouquin:
Nous fîmes un merveilleux repas chez Michaud, quand nous pûmes enfin pénétrer dans le restaurant; mais quand nous eûmes terminé et qu'il ne fût plus question d'attribuer à la faim le sentiment qui ressemblait à une faim, et qui nous avait saisit lorsque nous nous trouvions sur le pont, ce sentiment subsistait en nous. Il subsistait alors que nous prenions l'autobus pour rentrer. Il subsistait quand nous entrâmes dans la chambre, et, alors même que nous étions couchés et que nous avions fait l'amour dans le noir, il subsistait encore. Quand je m'éveillai devant les fenêtres largement ouvertes et vis le clair de lune sur les toits des hautes maisons, il subsistait. J'abritai mon visage du clair de lune, dans l'ombre, mais je ne pouvais dormir et restai reveillé, l'esprit obsédé. Nous nous étions réveillés deux fois l'un et l'autre, au cours de la nuit, et ma femme dormait paisiblement, maintenant, le visage éclairé par la lune. Je tentai de bannir cette obsession. C'était trop stupide. La vie m'avait paru si simple ce matin-là, quand, au réveil, j'avais découvert le faux printemps et entendu le pipeau du berger conduisant ses chèvres, et lorsque j'etais sorti pour acheter le journal des courses.
Mais Paris était une très vieille ville, et nous étions jeunes et rien n'était simple, ni même la pauvreté, ni la richesse soudaine, ni le clair de lune, ni le bien, ni le mal, ni le souffle d'un être endormi à vos côtés dans le clair de lune.
Com a mente a ler, e os olhos fixos no ponto por onde passam e partem as pequenas carruagens à minha frente, e pessoas a voarem em todos os sentidos, tudo num plano fixo, releio de novo a passagem, desta vez interrompida por quem esperava, com outros olhares e outras imagens. E quando tudo se junta, paro no meu pensamento e no tempo e sei, nesse momento, o que é Paris.

Aucun commentaire: