13.7.07

le tour de france

Volta a febre do tour, uma vez por ano é assim: os aficionados à borda da estrada, as caravanas estacionadas, as motas e helicopteros em perseguição, as quedas espectaculares, os fatos de lycra, a capa do l'Équipe... E lá segue a massa uniforme do pelotão, de etapa em etapa, partindo de Londres, passando pela Bélgica e acabando em Paris, descendo os Champs Élysées. E o mais feliz de todos, leva a camisola amarela.

10.7.07

Encontros

A primeira senhora bonita e conhecida que vi em Paris foi Charlotte Rampling. Parei na rua para ela descer tranquilamente os degraus do hotel Raphäel no 16ème e poder passar à minha frente, ainda me agradeceu com o olhar. Na altura creio que ainda estava disponível... Ou talvez não. Depois foi Emmanuelle Béart por dois segundos, de passo apressado em Odéon e completamente tapada por gabardine, lenço na cabeça e óculos. Mais frequentemente, vejo Anna Karina quase dia sim dia não no 6ème, o que me deixa muito feliz. De resto, algumas personagens televisivas mais desinteressantes, ou Jonathan Littell, autor de Les Bienveillantes. Já vi o Chico Buarque em Saint-Germain e o Louis Garrell a tomar café perto de Saint-Michel. Mas o que interessa é que todos os dias vejo Paris.

Olhares

Um posto curto para dizer o essencial - vivam as trocas de olhares em Paris...

9.7.07

encontros e desencontros

Haverá cidade de maior encontro e desencontro do que Paris?
Em primeiro lugar, encontros famosos: há quem se cruze regularmente com Emmanuelle Béard no Cinquième arrondissement (não é Vera...?), quem veja por segundos Charlotte Rampling, quem encontre numa festa Pete Doherty ou beba uma cerveja no Shebeen com Johnny Borrell.
Eu, muito modestamente, vi uma vez a cantora Pink e umas quantas groupies - cristas e furos por toda a parte, perfeita visão do cruzamento entre uma arara e um passador - sentadas num café na Île-Saint-Louis em dia de concerto no multi-usos de Bercy.
Também tive o prazer de cruzar o ex-Primeiro-Ministro Dominique Galouzeau de Villepin, que atléticamente fazia o seu jogging matinal à volta do hipódromo de Longchamp, com o télémovél colado à orelha e os guarda-costas colados ao cu.
Hoje passei na rua pelo Presidente de Região, Jean-Paul Huchon, recentemente envolvido em escândalos de corrupção (devemos deduzir que não foi desta que foi dentro...).
Para além de encontros famosos, encontros inesperados : o amigo que não vemos há anos e que encontramos numa noite na Rue de La Huchette :"Ah, vim cá passar umas fériazinhas...Ainda tás cá?", colegas de liceu que saem do RER ou alguém que nos telefona porque vem a Paris de fim de semana: "Vamos jantar a qualquer lado?".
Mas os melhores encontros e desencontros, são aqueles que duram um segundo, um piscar de olhos, com sorte umas palavras. É a mademoiselle que está sentada à nossa frente na carruagem de metro e quando damos por nós estamos a pensar :"Até onde é que será que ela vai? saio na mesma estação do que ela ou não?".
São estes momentos que fazem crescer a imaginação, pois essa curta troca de olhares nunca há de estar sujeita ao julgamento do real e deixa-nos assim acreditando na inocência de um sonho.

sobre a nova reforma penal R. Dati

"C'est un projet qui dit au délinquant : "Tu n'as que ce que tu mérites et tu serviras d'exemple à ne pas suivre." Il marque l'érosion de la philosophie de la réhabilitation, qui était inscrite dans notre tradition pénale, et la montée en puissance de la dissuasion."

"(...)Pourtant, on n'a jamais vu, dans l'histoire, un recul de la criminalité par l'augmentation de la peine. Le bagne ou la transportation aux colonies n'ont pas fait reculer au XIXe siècle le "péril récidiviste", bien au contraire."

"(...)Nos cheminements comparés sont troublants. Le paradoxe est que nous nous rapprochons du modèle américain au moment où celui-ci est remis en question devant le coût exorbitant de la prison et le doute sur son efficacité. Aux Etats-Unis, le tout-carcéral a été symbolisé par le slogan des conservateurs, opposés à la réhabilitation : "Nothing works", rien ne marche contre la délinquance. Il a donné une équation simplissime : si la punition est douce, le crime augmente, si elle est dure, le crime diminue. Les libéraux ont eux aussi adhéré à cette doctrine car ils critiquaient le nanny state, l'assistance de "l'Etat-nounou", la conception thérapeutique de la peine. Une explosion carcérale sans précédent a suivi."

"(...)On ne peut rester sur l'idée selon laquelle le délinquant qui a commis une faute doit payer en étant seul responsable de ses actes. L'Etat doit prendre sa part de responsabilité. Il doit accompagner ce projet répressif d'une politique publique d'inspiration sociale et éducative. Albert Camus l'avait dit au sujet de la peine de mort : la dissuasion ne règle rien. Aujourd'hui nous ne devons pas laisser croire que la dissuasion carcérale va réduire la criminalité. Il faut évidemment réprimer les actes. Mais aussi déployer une pluralité d'initiatives pour s'attaquer aux causes de la délinquance."

Denis Salas, Le Monde, 8.7.07

brasserie lipp

Passando por St-Germain des Près, reparo pela primeira vez numa folha de papel espetada à entrada da célebre Brasserie Lipp, fundada no fim do século anterior, rendez-vous de várias gerações do Paris artístico, intelectual e politico, onde se fez e desfez o mundo inúmeras vezes e grande parte das decisões estratégicas da Vème République foram tomadas.
E dizia assim : "Tenue correcte éxigée pour déjeuner et dîner" ou na versão inglesa "No shorts allowed".
Passo a traduzir: americanada de ténis New Balance, calções GAP e camisa Ralph Laurent com maquina fotografica ao pescoço não entra.
Será que G.W. Bush poderia entrar na Brasserie Lipp, de visita a Paris? e será que o Presidente Sarkozy vai tomar medidas face a tais discriminações feitas às minorias visíveis?

secret painting (ghost), carl andré, 1968

Na parede um quadro preto e a pequena mensagem:

"The content of this painting is invisible; the character and dimension of the content are to be kept permanently secret, known only to the artist."

Hamburger Kuntshalle, 1.6.07

6.7.07

2.7.07

Continuando nesta onda musical decidi partilhar convosco duas novas descobertas por terras francesas, surpreendentes de humor e ironia.










O primeiro, um rapper francês, mais um, Kamini. Difundido através da internet, o seu sucesso deve-se a musicas como Marly-Gomont e J'suis blanc, em que escreve, não sobre a vida dificil na banlieue, nos HLM e "cités", mas sobre a sua vida numa pequena aldeia francesa, perdida na provincia e esquecida por todos. Deixo-vos uma amostra com a letra de Marly-Gomont, vale a pena ouvir um bocado no site:

"Dédicacé à tous ceux qui viennent des p’tits patelins,
Ces p’tits patelins paumés pour qui personne n’a jamais rappé,
Même pas un flow,

Ces p’tits patelins paumés que même la France elle sait pas qu’ils sont là chez elle,

Les p’tits patelins paumés que personne ne connaît, même pas Jean-Pierre Pernault


J’m’appelle Kamini,

J’ viens pas de la Téci,

J’viens d’un p’tit village qui s’appelle Marly Gomont,

A Marly Gomont, y’a pas d’béton, 65 ans la moyenne d’âge dans les environs,
1 terrain d’tennis, 1 terrain de basket,
3 jeunes dans l’village donc pour jouer c’est pas chouette,
J’viens d’un village paumé dans l’Aisne, en Picardie,

Facilement , 95 % de vaches, 7 % d’habitants, et parmi eux,

Une seule famille de noirs, fallait qu’ce soit la mienne, putain un vrai cauchemar.

J’ai dit à mon père « On aurait pu aller s’installer à Moscou, non? On aurait pas trop été dépayser par la température et ni par les gens ».
Il m’a répondu : « hé et comment ça, mais tu te moques de moi toi, mais ça va aller hein »

Tu parles, j’avais 6 ans, premier jour d’école et ben j’ai chialé à cause d’ces p’tits cons là bas, t’sais comment y m’ appelait ?
« Hé bamboula, Hé Petito, Hé Bamboula, Hé l’Noiraude hé ».

Dans la bouche des enfants, réside bien souvent la vérité des parents.


J’viens pas d’la cité, Mais le beat est bon,
J’viens pas d’Panam,
Mais d’Marly Gaumont
Y’a pas d’bitume là bas,
C’est qu’des pâtures,
mais c’là n’empêche que j’ai croisé pas mal d’ordures.


A Marly Gaumont, les gens y parlent pas verlan,

« Y parlent à l’endroit comme ça, c’est ben suffisant »

Des fois y t’aiment bien
« J’aime pas les arabes hein, J’aime pas les Noirs, mais toi j’t’aime bien, même si t’es Noir »
D’temps en temps, y font d’la politique aussi, avec plein de philosophie.
« D’façon moi j’dis, tous des pourris hein».

Dans les p’tits patelins, faut pas être cardiaque, ah ouais sinon t’es mal,

Faut traverser vingt village en tout 50 bornes pour trouver un hôpital que dale,

Là bas y’a rien c’est les patures.
Des fois y’a un match de foot le dimanche.
Le stade c’est une pâture, sur lequel les lignes sont tracées, les buts sont montés et les filets et dans l’équipe du coin,
Y’a toujours un mec qui s’fait surnommer Kéké « Allez Kéké, Allez Kéké »

Si c’est pas Kéké dans l’équipe d’en face, y’a toujours un mec qui s’appelle Biquette « Allez Biquette, allez biquette »

Une journée type dans l’coin, le facteur, un tracteur et rien... 'fin si une vache d’temps en temps
(...)"





Para além de Kamini, os Fatals Picards, representantes da França e penultimo lugar no ultimo Festival da Eurovisão (o que só abona em favor deles, diga-se de passagem...), espécie de Ena Pá 2000 franciús, juntam musicas com piada a letras de chorar a rir, tal como Mon Père était tellement de gauche num grandiosos album, "Pamplemousse Mécanique":

"On ne choisit pas son enfance, on m’a pas laissé être droitier
Mon père m’emmenait jamais au square mais au réunion de comité


Mon père était tellement de gauche qu'on habitait rue Jean Jaurès

En face du square Maurice Thorez avant d’aller vivre à Montrouge


On a été en U.R.S.S. l’hiver , les pays de l’est c’est mieux l’hiver
On voit bien mieux les bâtiments, les nuances de gris ça flashe sur le blanc
Devant la statue de Lenine, pour nous c’était le grand frisson
Moins 24 c’était pas terrible et les chapkas étaient en option

Mon père était tellement de gauche que quand est tombé le mur de Berlin
I
l est parti chez casto pour acheter des parpaings.

On mangeait des Lenin’s burger, fallait vraiment faire attention

Il y avait du choux une pomme de terre, la viande elle était en option

On achetait du coca Kolkose, approuvé par le comité

Ça devait soigner la silicose, on s’en servait pour désherber

On regardait pas la contrebande, on regardait pas la corruption

La Sibérie c’était disneyland, le discernement en option.


Mon père était tellement de gauche qu’à son mariage dans l’eglise

On chantait l’internationale, les femmes portaient des faux cils


Mon père était tellement de gauche, on a eu tout pleins d’accident

Il refusait la priorité à droite systématiquement.

Les copains se foutaient de moi tout le temps, car à l’école au premier rang
J
’avais mes lunettes de Brejnev et le dentier d’un Tupolev


Mon père était tellement de gauche, qu’en 81 il croyait que ça changerait

Je crois même qu’il en rêvait en 2002 en allant voter

Et même si tout ce que je raconte n’est pas tout à fait vrai

Le socialisme comme paradis nous on y croyait
Mon père était tellement de gauche, que lorsqu’il est parti
La gauche est partie avec lui.
"